Mot de la députée sur l’adoption en première lecture de la loi d’Orientation des mobilités

Chères toutes, Chers tous,

Le projet de loi d’Orientation des mobilités a été adopté en première lecture par l’Assemblée Nationale à l’issue du vote solennel du Mardi 18 juin dernier (372 pour, 40 contre). Ayant pu prendre pleinement part aux débats, je me satisfais donc pleinement de l’adoption de cette loi à une large majorité.

Mettre en avant et favoriser l’utilisation des mobilités innovantes, propres, efficaces et accessibles afin d’adapter le transport à nos territoires et notre environnement, telle était l’ambition de ce projet de loi qui aura dès lors un impact sur la vie quotidienne de tous.

En effet, la mobilité est aujourd’hui inadaptée aux attentes quotidiennes des citoyens : l’absence d’autorité organisatrice de transport sur une grande partie du territoire, la voiture privilégiée quasi-exclusivement en zone rurale, la congestion automobile en zone urbaine, les conditions de transport dégradées à l’image du RER B, le transport qui reste à l’origine de près de 30% des émissions de gaz à effet de serre en France.

Une très large concertation avait donc été initiée afin d’élaborer ce projet de loi : les assises de la mobilité avec les acteurs du secteur, les ateliers des territoires avec les citoyens, les ateliers de l’innovation avec les entreprises innovantes, ou encore les réunions publiques menées sur ce thème par Amélie de Montchalin.

Du fait de son importance, ce projet de loi a pu être ensuite abondamment discuté et de nombreux amendements ont été examinés (près de 3500). Mes collègues députés et moi-même, nous nous sommes relayés pour cet examen, jusque tard dans la nuit.

Les objectifs principaux de cette loi sont les suivants :
➡️ Apporter à tous et partout des solutions alternatives à la dépendance à l’usage individuel de la voiture ;
➡️ Développer l’innovation et les nouvelles solutions de mobilité ;
➡️ Réduire l’empreinte environnementale des transports ;
➡️ Investir davantage dans les infrastructures qui améliorent les déplacements du quotidien.

A ce titre, et pour ne donner que quelques exemples de mesures marquantes :
 3,4 Mds€ entre 2018 et 2022, soit une hausse de plus de 40% par rapport à la période 2013-2017 sera consacrer par l’Etat aux transports du quotidien ;
 Un accompagnement individualisé à la mobilité pour tout demandeur d’emploi ;
 La gratuité pour les accompagnateurs de personne en situation de handicap ;
 L’ouverture des données de mobilités pour l’ensemble des modes de transport ;
 La création d’un cadre légal pour le développement des véhicules autonomes ;
 Le pré-équipement en borne électrique rendu obligatoire pour les parkings neufs ou rénovés de plus de 10 places ;
 Le développement des mobilités partagées et en particulier du covoiturage ;
 Des mesures en faveur du vélo pour tripler sa part des déplacements d’ici 2024 : création d’un fonds vélo, lutte contre le vol et le recel, réalisation de stationnements sécurisés dans les gares.

Je suis persuadée que ces mesures, véritable boite à outil au service des acteurs de la mobilité quotidienne, trouveront toutes leurs portées sur notre territoire.

Fidèlement,

Stéphanie ATGER

Mes actions

 

Le 14 mai 2019, j’ai posé ma première question au gouvernement au Secrétaire d’État chargé du Numérique. Engagée, elle introduit durablement mon combat pour une République plus humaine, et ma voix au service des publics empêchés. Pour y parvenir, j’ai choisi la commission des Affaires Culturelles et de l’Éducation, plusieurs groupes de travail, et la délégation aux Outre-Mer. Je vous invite à découvrir mes actions à l’Assemblée ici. 

Avec cet « humble courage » dont parlait Simone Weil, je cherche à jouer ma partition dans cette belle symphonie humaine qu’est notre territoire, en entretenant des liens solides avec les Essonniens. Pour découvrir mes actions dans la 6e circonscription d’Essonne, cliquez ici.

Mes interventions

Mot de la députée concernant le vote de confiance à la déclaration de politique général du Premier ministre

Résultat de recherche d'images pour "edouard philippe déclaration de politique générale 12 juin"

DPG d’Edouard Philippe à l’Assemblée Nationale, le 12 juin 2019, la visionner ici. ©France 24

Chères toutes, Chers tous,

 

Aujourd’hui, à l’Assemblée Nationale, le rendez vous était plus solennel que de coutume : le Premier Ministre, Edouard Philippe, a ouvert l’acte II du quinquennat lors de sa déclaration de politique générale (voir ici). Exercice traditionnel qui sollicite la confiance du Parlement pour engager des réformes structurelles.

 

Le Premier Ministre, après avoir rappelé les urgences écologique, économique, politique et sociale a réaffirmé avec force, la détermination du gouvernement à mener à bien la transformation profonde du pays attendue. Après deux ans de mandat en effet, les engagements sont tenus : le taux de chômage est au plus bas et la progression du pouvoir d’achat la plus dynamique depuis 10 ans, l’investissement au plus haut depuis 12 ans, la France bat des records d’attractivité. Cela renforce les motifs d’espoir et de légitimité à permettre de toujours mieux libérer les forces du pays tout en protégeant ses citoyens.

 

« Etre la majorité des engagements tenus » nous confirme le Premier Ministre en rappelant d’abord et surtout que cet acte II sera marqué par un profond changement de méthode allant néanmoins de pair avec la cohérence et la constance.

Ainsi, les dépassements des postures et vieux clivages, le rappel de nos fondamentaux démocratiques et attachements à la République, à l’affirmation de l’idéal européen. Les objectifs de justice sociale, de réponses au défi du vieillissement, de l’inclusion, de réductions des inégalités territoriales hexagonales et ultramarines,  du retour à l’emploi, de reculs de l’exaspération fiscale ont été rappelés avec intensités. La réforme de l’Etat afin de renouer avec le Peuple et rétablir durablement la confiance. « Transformer l’action publique, c’est réformer nos administrations et notre service public à Paris et sur le terrain. »Le projet de loi préparé à l’issue des Etats Généraux de la bioéthique l’an dernier est prêt et conformément aux engagements du Président de la République, il sera adopté en conseil des ministres fin juillet et débattu au Parlement fin Septembre.

 

L’ensemble de ces mesures qui dépasse les clivages partisans et appelle au progrès emporte mon adhésion. Je reste convaincue que ces ambitions sont les bonnes et que le Gouvernement d’Edouard Philippe est à même de les mener à bien.

 

Nouvelle députée aux exigences d’équités sociales et territoriales fortes, je serai attentive à la conformité entre ces promesses et les textes qui arriveront sur nos bureaux.

Vous avez pu entendre lors de ma première question au gouvernement qu’outre ma fidélité au service de la réussite du projet présidentiel et gouvernemental, la République au coeur. Ecrivain public hier pour être la plume de ceux qui n’en ont pas, parlementaire aujourd’hui pour être la voix de ceux qui n’en ont plus, j’ai été particulièrement sensible à la prise en compte au sens donné à la création des maisons France Services; à l’évocation des territoires isolés ainsi qu’aux contrats de convergence et de transformation avec les collectivités ultramarines.

 

Je tenais à partager avec vous le fait, que forte de toutes ces assurances, j’ai voté avec convictions pour la confiance suite au discours du Premier Ministre. Je suis par ailleurs fière d’appartenir à une majorité qui souhaite profondément remettre au coeur de ses politiques : du sens, du pragmatisme, de la bienveillance et de la sincérité.

 

Je reviens vers vous très rapidement pour les rendez vous à venir, la présentation de mon équipe et l’organisation de mon travail.

 

Comptez sur moi.

 

Fidèlement,

Stéphanie Atger